Pierre Hodé

Portrait de Pierre Hodé.

Pierre Hodé nait à Rouen rue de la Grosse Horloge en 1889. A 14 ans, il a deux passions, le dessin et le théâtre.
Son attirance pour le 6ème art ne le quittera jamais, il réalisera de nombreux décors et inventera pour ce dernier le décor synthétique*. Il quitte les bancs de l’école à l’âge de 15 ans et trouve un travail de commis sur les quais, où l’activité bat son plein. Le port de Rouen exerce déjà sur lui une attirance que l’on retrouve dès 1906 dans ses premières peintures. Le peintre Robert Antoine Pinchon qui reconnaît le talent du jeune artiste lui apporte une aide morale et financière.

Pierre HODE 19

Pierre HODE (1889-1942) : Le pichet bleu – Huile sur toile signée en bas à gauche – 38 x 46 cm

Il rejoint son ami Pierre Dumont au Bateau-Lavoir à Montmartre en 1913 . Grace à la Société Normande de Peinture Moderne et à son arrivée dans la capitale, Pierre Hodé côtoie les courants artistiques les plus innovants*.

Pierre HODE 15

Pierre HODE (1889-1942) : L’abside de Notre Dame – Huile sur toile signée en bas à gauche – 54 x 65 cm – Exposition Galerie Henry 85 rue de Seine à Paris

Réformé en 1914 (problème musculaire), il rejoint cependant le front en 1916 où il sera sévèrement intoxiqué par les gaz moutarde. Affaibli pour le restant de sa vie, il gardera néanmoins son humour et sa joie de vivre.

Pierre HODE 27

Pierre HODE (1889-1942) : Nature morte à la théière – huile sur toile signée en haut à gauche – 51 x 65 cm

Après la guerre, il recommence la peinture avec des vues de Paris, et, à partir des années 1920, on retrouve régulièrement Pierre Hodé aux Salons des Artistes Indépendants et aux Salons d’Automne de Paris présidés par Paul Signac, et à Rouen avec la Société des Artistes Rouennais qui organise de nombreuses expositions.

Pierre HODE 1

Pierre HODE (1889-1942) : Portrait de femme – huile sur panneau signée en bas à droite – 35 x 27 cm

Des galeries parisiennes comme la Galerie Bernheim-Jeune, la Galerie Henry et la galerie Barbazange montrent les travaux de Pierre Hodé aux cotés d’œuvres de Georges Braque, Raoul Dufy, Maurice Utrillo, Jean Metzinger, Emile Othon Friesz …

Grand amateur d’art, son ami de la Comédie Française, Georges Dorival collectionne les toiles de Pierre Hodé et celles de Maurice Utrillo, d’Amedeo Modigliani, Pierre Dumont, Suzanne Valadon, Pablo Picasso, Auguste Renoir…

Pierre HODE 19

Pierre HODE (1889-1942) : Le buveur – huile sur toile signée en haut à gauche – 46 x 37 cm

Pierre Hodé s’installe comme cafetier à Honfleur pour quelques mois. Il y réalise plusieurs toiles de la Lieutenance et décore le Café de Paris de fresques murales. De retour à Paris, il expose dans plusieurs galeries, mais le peintre connaît un plus grand succès avec les décors de théâtre qu’il réalise depuis plusieurs années.

HODE-Nature-morte-à-la-mappemonde-90x110

Pierre HODE (1889-1942) : Nature morte à la mappemonde – Huile sur toile signée en bas à droite – 90 x 110 cm

En 1931, il met un terme à sa carrière de peintre pour se consacrer uniquement à la création de décors.

Sollicité par le peintre Robert Delaunay, il reprend les pinceaux en 1937. Après cette longue période sans peindre, il est ravi de participer à la création du pavillon des chemins de fer pour l’Exposition Internationale des Arts et des Techniques.

HODE001

Ironie du sort, Pierre Hodé, seul peintre de l’Ecole de Rouen à avoir volontairement cessé la peinture est aujourd’hui un des plus prisé.

* Pierre Hodé invente un nouveau concept en réduisant les décors à de simples cubes déplacés à vue ou à des aplats de couleurs. L’avant garde de l’époque affectionne ces décors synthétiques qui seront largement réutilisés par la suite et encore aujourd’hui.

* Dans la capitale au début du XIXe siècle différents mouvements artistiques se croisent, se côtoient ou s’affrontent : expressionisme, fauvisme, cubisme, dadaïsme, art abstrait.

A. B

Hode017