Léon-Jules Lemaitre

Léon-Jules Lemaitre

Ecole de Rouen : journal exposition d’été 2011 art.1

Léon-Jules LEMAITRE (1850-1905)

Celui par qui le scandale arrive.

Ce tableau est un témoignage de la vie rouennaise. A la fin du XIXe siècle les grands voiliers accostent le long du Cours-Boïldieu, l’animation portuaire vient alors jusqu’au cœur de la ville et les grands cafés qui bordent les quais sont des lieux de rencontre, d’information et de distraction. On remarque les réverbères, les kiosques, le fiacre et l’omnibus à impériale tirés par des chevaux. Des fumées grises indiquent la présence de vapeurs dont les cheminées dépassent du quai. Léon-Jules LEMAITRE  a fait sa spécialité de ces vues de Rouen par temps gris où les ombres des passants accompagnent sur le sol mouillé les hommes en hauts-de-forme, les femmes en robes noires et, bien souvent, le petit boulanger en blouse blanche qui transporte avec empressement ses pâtisseries, un plateau sur la tête. C’est en 1880 que le peintre revient enthousiaste de Paris, ébloui par la peinture impressionniste. Charles ANGRAND, Charles FRECHON et Joseph DELATTRE séduits à leur tour, adoptent ce mouvement. Cela lui vaut l’inimitié des élus et de la bourgeoisie rouennaise dont il ne retrouvera la faveur qu’à la présentation de ces scènes de boulevard mises à la mode par Degas et Caillebotte. « … nul mieux que lui a rendu les vieux monuments de Rouen dans leur brume particulière, et ses toutes petites toiles sont de petits bijoux qu’ on accroche avec plaisir à ses murs ».    Jérome Doucet