Galerie Bertran

Ecole de Rouen, Ecole Normande, Art, antiquités, peinture XIXeme et XXeme siècle



expositions précédentes

La couleur en avant, du fauvisme aux années 70


Pierre DUMONT (1884-1936)

Pierre DUMONT (1884-1936) : Portrait de Georges Sauclières – Huile sur toile signée en bas à droite datée 1905. Dimensions : 56 x 46 cm

du 20 mai au 22 juillet 2017

La galerie Bertran réunit un ensemble d’artistes en une exposition éclectique. De 1900 aux années 1970, figurative ou abstraite, la peinture sous de multiples formes est exposée. Un accrochage dense comme au XIXe siècle, rassemble toiles, aquarelles et dessins avec des motifs variés. Parmi ces artistes, le peintre Pierre Dumont est largement représenté avec des oeuvres puissantes dont quatre de sa période fauve. La manière est instinctive, les couleurs vives sont brossées avec peu de mélanges et les teintes utilisées ne sont plus nécessairement fidèles aux motifs représentés.

Georges Dubosc critique d’art et peintre rouennais écrit en 1906 lors du 1er salon de la Société des Artistes Rouennais : « M. Pierre Dumont ne recherche pas encore ces consécrations officielles. Tempérament d’avant-garde, plein d’audace et de crâneriez, un peu « enfant terrible », dans une exposition particulière, il avait cependant déjà montré, non sans outrance, les qualités d’un peintre. Ses portraits ont dû, certes, estomaquer de nombreux visiteurs qui n’y ont point reconnu les agréments ordinaires des effigies mondaines. Ils se réclament en effet, de formules d’une sauvagerie brutale et d’une couleur féroce, mais on ne peut leur refuser le don de la vie. Ils peuvent être excessifs, comme le sont certains Van Gogh ou certains Gauguin, ils ne sont point d’une monotone banalité. Et c’est beaucoup ! … Quelques paysages accompagnent ces portraits hallucinants …»

Artistes présentés : Pierre DUMONT, Roger TOLMER, Georges BRADBERRY, Joseph DELATTRE, Raymond BIGOT, Robert A. PINCHON, Maurice LOUVRIER, Tony Fritz VILARDS, Adrien SEGERS, Pierre LE TRIVIDIC, Marcel COUCHAUX, Narcisse GUILBERT…

Pierre Dumont (1884-1936) : Le jardin

Pierre DUMONT (1884-1936) : Le jardin                               huile sur toile signée en bas à gauche vers 1906                         Dimensions : 68 x 92 cm




Exposition d’Hiver 2016-2017


EXPOSITION D’HIVER
Du 16 décembre 2016 au 18 février 2017

Voir les oeuvres dans la rubrique Ecole de Rouen

La Galerie Bertran consacre son exposition d’hiver 2016-2017 à des œuvres majeures
d’artistes de la région et de l’Ecole de Rouen.

Découvrir des toiles inédites de belle qualité technique est toujours une grande motivation pour la galerie. Pour les amateurs de peintures, nous recherchons ce qu’il y a de meilleur dans la production de ces aristes depuis 1985. Ces peintres qui ont gagné leur renommée dans les Musées nationaux, les galeries, Salons parisiens et de province, nous étonnent et nous laissent admiratifs devant la modernité de leurs œuvres.

La réunion de peintures proposée traverse différentes périodes tels que : l’impressionnisme avec Albert Lebourg, le néo-impressionnisme avec Charles Frechon, le fauvisme avec Pierre Dumont, le post-cubisme avec Pierre Hodé, le postimpressionnisme avec Joseph Delattre, Robert Antoine Pinchon, Paul Mascart, Georges Bradberry … et montre un éventail large de la richesse du patrimoine pictural normand. Mais en dehors de tous ces classements en « isme » que les artistes ignoraient ou rejetaient, c’est la qualité intrinsèque de chaque œuvre que la galerie met en avant.

Ce qu’est ou n’est pas une bonne peinture, là est la question. Mais plusieurs facteurs peuvent éveiller notre attention et nous mettre en bonne voie comme : la composition, l’harmonie des couleurs, la qualité du dessin et bien sur la lumière qui a une importance de premier plan pour tous les artistes peintres.

Pour les visiteurs, amateurs de peintures, l’exposition propose une sélection de 60 oeuvres dont 18 d’exception.

 

Œuvres Choisies : 

HODE093

Pierre HODÉ (1889-1942) : Paris, le pont des Arts et l’île de la Cité
Huile sur toile signée en bas à droite, vers 1925.
Dimensions : 81 x 100 cm

FRECHON007

Charles FRECHON (1856-1929) : Forêt en automne
Huile sur toile signée en bas à gauche, vers 1915-1920
Dimensions : 60 x 73 cm

FRECHON025

Charles FRECHON (1856-1929) : Pommiers en fleurs
Huile sur toile signée en bas à droite. vers 1895-1898
Dimensions : 60 x 73 cm

DELATTRE081

Joseph DELATTRE (1858-1912) : Gribane
Huile sur toile signée en bas à gauche, vers 1902
Dimensions : 38 x 46 cm

DUMONT040

Pierre DUMONT (1884-1936) : Le pont Neuf et l’ile de la Cité
Huile sur toile signée en bas à droite, vers 1910.
Dimensions : 65 x 81 cm

LEBOURG132

Albert LEBOURG (1849-1926) : Le printemps à Vétheuil, le vallon fleuri.
Huile sur toile signée en bas à droite
Dimensions : 46 x 65 cm

Bibliographie : Léonce Bénédite, reproduit p. 262 n° 447
Ancienne collection O. Zieseniss.

« Christian Otto Zieseniss (1865-1938)
Homme d’affaires et diplomate partageant son temps entre la France et les Etats-Unis, Christian Otto Zieseniss fut un collectionneur des plus reconnus de son temps. Côtoyant les plus grands marchands des peintres impressionnistes, il développa un regard artistique d’une grande qualité, son goût personnel l’amenant à s’intéresser tout particulièrement à la représentation du paysage à la fin du XIXe siècle. Ce collectionneur éclairé se passionna ainsi pour ce que les peintres impressionnistes et leurs précurseurs ont voulu donner à voir : une image sensible du paysage, de la lumière et des variations atmosphériques. La collection fut ensuite transmise par Christian Otto Zieseniss à son fils Charles-Otto, féru d’Histoire et l’un des plus éminents spécialistes de l’époque napoléonienne, qui la compléta par de nouvelles catégories d’oeuvres.»  Sotheby’s New-York 06 novembre 2013 (à l’occasion de la dispersion d’une partie de la collection, avec des œuvres de Gustave Courbet, Alfred Sysley, Camille Pissarro)

_____________________________________________

WINTER EXHIBITION
From December 16, 2016 to February 18, 2017

The Bertran Gallery makes its winter exhibition 2016-2017 with major works artists from the normandy and the Ecole de Rouen. Discovering original paintings of high technical quality is always a great motivation for the gallery. For lovers of paintings, we seek the best in the production of these artists since 1985. These painters who have won their fame in the National Museums, galleries, Parisian and provincial fairs, amaze us with the modernity of their works.The gathering of paintings proposed goes through different periods such as: the impressionism with Albert Lebourg, neo-impressionism with Charles Frechon, fauvism with Pierre Dumont, post-cubism with Pierre Hodé, postimpressionism with Joseph Delattre, Robert Antoine Pinchon, Paul Mascart, Georges Bradberry … and shows a wide range of the wealth of Norman pictorial heritage. But apart from all these classifications in “ism” that artists ignored or rejected, it is the intrinsic quality of each work that the gallery puts forward.

Selected Works :

HODE093

Pierre HODÉ (1889-1942) : Paris, le pont des Arts et l’île de la Cité
Oil on canvas signed low right, circa 1925.
81 x 100 cm

FRECHON007

Charles FRECHON (1856-1929) : Forêt en automne
Oil on canvas signed low left, circa 1915-1920
60 x 73 cm

FRECHON025

Charles FRECHON (1856-1929) : Pommiers en fleurs
Oil on canvas signed low right, circa 1895-1898
60 x 73 cm

DELATTRE081

Joseph DELATTRE (1858-1912) : Gribane
Oil on canvas signed low left, circa 1902
Dimensions : 38 x 46 cm

DUMONT040

Pierre DUMONT (1884-1936) : Le pont Neuf et l’ile de la Cité
Oil on canvas signed low right, circa 1910.
65 x 81 cm




Exposition d’Automne 2016


Du 14 octobre au 26 novembre 2016

Une nouvelle sélection de peintures du XIXe et du XXe siècle et, un hommage au peintre Léonard Bordes.
Il est le peintre des faubourgs de Rouen. Il s’intéresse, comme ses ainés aux beaux paysages de Normandie, mais il est également préoccupé par la condition humaine. C’est un peintre de plein air, postimpressionniste mais aussi à tendance expressionniste. Il déforme la réalité pour inspirer au spectateur une réaction émotionnelle. Les visions angoissantes du peintre sont déformées et accentuées pour donner une plus grande intensité. A l’aquarelle comme à l’huile, sa peinture est spontanée, puissante et sans concession. Sa palette est sobre, il utilise des teintes sourdes et maîtrise parfaitement les effets de lumière. Artiste aux multiples facettes utilisant une technique unique.

007

Léonard BORDES rue Martainville à Rouen

 




Pierre HODE (1889-1942) jusqu’au 24 septembre 2016


Pierre Hodé

Portrait de Pierre Hodé.

Pierre Hodé nait à Rouen rue de la Grosse Horloge en 1889. A 14 ans, il a deux passions, le dessin et le théâtre.
Son attirance pour le 6ème art ne le quittera jamais, il réalisera de nombreux décors et inventera pour ce dernier le décor synthétique*. Il quitte les bancs de l’école à l’âge de 15 ans et trouve un travail de commis sur les quais, où l’activité bat son plein. Le port de Rouen exerce déjà sur lui une attirance que l’on retrouve dès 1906 dans ses premières peintures. Le peintre Robert Antoine Pinchon qui reconnaît le talent du jeune artiste lui apporte une aide morale et financière.

Pierre HODE 19

Pierre HODE (1889-1942) : Le pichet bleu – Huile sur toile signée en bas à gauche – 38 x 46 cm

Il rejoint son ami Pierre Dumont au Bateau-Lavoir à Montmartre en 1913 . Grace à la Société Normande de Peinture Moderne et à son arrivée dans la capitale, Pierre Hodé côtoie les courants artistiques les plus innovants*.

Pierre HODE 15

Pierre HODE (1889-1942) : L’abside de Notre Dame – Huile sur toile signée en bas à gauche – 54 x 65 cm – Exposition Galerie Henry 85 rue de Seine à Paris

Réformé en 1914 (problème musculaire), il rejoint cependant le front en 1916 où il sera sévèrement intoxiqué par les gaz moutarde. Affaibli pour le restant de sa vie, il gardera néanmoins son humour et sa joie de vivre.

Pierre HODE 27

Pierre HODE (1889-1942) : Nature morte à la théière – huile sur toile signée en haut à gauche – 51 x 65 cm

Après la guerre, il recommence la peinture avec des vues de Paris, et, à partir des années 1920, on retrouve régulièrement Pierre Hodé aux Salons des Artistes Indépendants et aux Salons d’Automne de Paris présidés par Paul Signac, et à Rouen avec la Société des Artistes Rouennais qui organise de nombreuses expositions.

Pierre HODE 1

Pierre HODE (1889-1942) : Portrait de femme – huile sur panneau signée en bas à droite – 35 x 27 cm

Des galeries parisiennes comme la Galerie Bernheim-Jeune, la Galerie Henry et la galerie Barbazange montrent les travaux de Pierre Hodé aux cotés d’œuvres de Georges Braque, Raoul Dufy, Maurice Utrillo, Jean Metzinger, Emile Othon Friesz …

Grand amateur d’art, son ami de la Comédie Française, Georges Dorival collectionne les toiles de Pierre Hodé et celles de Maurice Utrillo, d’Amedeo Modigliani, Pierre Dumont, Suzanne Valadon, Pablo Picasso, Auguste Renoir…

Pierre HODE 19

Pierre HODE (1889-1942) : Le buveur – huile sur toile signée en haut à gauche – 46 x 37 cm

Pierre Hodé s’installe comme cafetier à Honfleur pour quelques mois. Il y réalise plusieurs toiles de la Lieutenance et décore le Café de Paris de fresques murales. De retour à Paris, il expose dans plusieurs galeries, mais le peintre connaît un plus grand succès avec les décors de théâtre qu’il réalise depuis plusieurs années.

HODE-Nature-morte-à-la-mappemonde-90x110

Pierre HODE (1889-1942) : Nature morte à la mappemonde – Huile sur toile signée en bas à droite – 90 x 110 cm

En 1931, il met un terme à sa carrière de peintre pour se consacrer uniquement à la création de décors.

Sollicité par le peintre Robert Delaunay, il reprend les pinceaux en 1937. Après cette longue période sans peindre, il est ravi de participer à la création du pavillon des chemins de fer pour l’Exposition Internationale des Arts et des Techniques.

HODE001

Ironie du sort, Pierre Hodé, seul peintre de l’Ecole de Rouen à avoir volontairement cessé la peinture est aujourd’hui un des plus prisé.

* Pierre Hodé invente un nouveau concept en réduisant les décors à de simples cubes déplacés à vue ou à des aplats de couleurs. L’avant garde de l’époque affectionne ces décors synthétiques qui seront largement réutilisés par la suite et encore aujourd’hui.

* Dans la capitale au début du XIXe siècle différents mouvements artistiques se croisent, se côtoient ou s’affrontent : expressionisme, fauvisme, cubisme, dadaïsme, art abstrait.

A. B

Hode017




Maurice LOUVRIER (1878-1954)


Jusqu’au 10 septembre 2016, 22 oeuvres de Maurice LOUVRIER provenant de collections normandes sont exposées à la galerie Bertran dans le cadre du Festival 2016.

PilesBlanchesPortrait
Son imagination fertile et ses recherches incessantes font de lui un artiste singulier. Intimiste, féérique et moderne sa production est déroutante par sa richesse. Ses thèmes préférés sont les natures mortes où les plus simples objets prennent vie, les brumes et les brouillards où les ciels et la Seine se confondent, et encore les rues de Rouen animées par de petites âmes où ses souvenirs d’enfances peuvent resurgir.

L’effet primant sur le motif, il acquière à force de travail, une technique qui lui permet d’élaborer différentes façons de peindre.

- Dès 1900, les “réserves” sont utilisées par Maurice LOUVRIER. En laissant des parties non peintes sur ses cartons et ses toiles, il les intègre comme une nouvelle teinte visible du tableau.

LOUVRIER34

Maurice LOUVRIER : Nature morte aux poireaux – Huile sur carton signée en bas à droite – 67 x 95 cm

– Epaisse et grasse sa peinture peut être proche de celle de son ami Pierre DUMONT. Il marquette ses toiles de couleurs vives aux teintes contrastées et accorde avec une grande sensibilité la puissance des touches avec ses motifs intimistes.

Rose

Maurice LOUVRIER : Vase et rose jaune – Huile sur carton signée en bas à droite – 22 x 25 cm

BouquetRoses2

Maurice LOUVRIER : Bouquet de roses – Huile sur carton signée en bas à gauche – 20 x 20 cm

– Thèmes chers à sont professeur Joseph DELATTRE, les brumes de Maurice LOUVRIER sont poussées jusqu’à l’abstraction. Il est expert pour diluer et fondre entre elles des teintes proches du monochrome.

louvrier27

Maurice LOUVRIER : Fleurs derrière une vitre – Huile sur panneau signée et datée 1930 au dos – 19 x 11 cm

– L’aquarelle, très diluée et étayée par quelques coups de crayons, est souvent utilisée pour ses souvenirs d’enfances. Souvenirs qu’il raconte dans ” Brumes et fantômes ” et ” Au fond d’un tiroir ”

LOUVRIER39

Maurice LOUVRIER : Extrait de Brumes et Fantômes – Imprimé en 1940 – Préfacé par Pierre Mac Orlan

 

LOUVRIER129

Maurice LOUVRIER : Raymond Pirotte (petit frère de Marthe Louvrier) – aquarelle shd – 27 x 22 cm

Les oeuvres  sont présentées avec des documents d’archives, photos, lettres et livres sur cet artiste étonnant.

A. Bertran

 




Pierre Dumont (1884-1936)


Persuadé de devenir peintre, Pierre Dumont rejoint Paris en 1899 seulement âgé de 15 ans. Sans argent, il fuit l’autorité de son père qui désapprouve vivement son insolite vocation. Le jeune artiste, volontaire et acharné, commence une carrière de peintre, et parallèlement une inévitable vie de bohème.

 Il est attiré par les courants artistiques novateurs et rejette avec force, les peintres ampoulés qui séduisent avec des artifices et des motifs commerciaux.

Pierre DUMONT (1884-1936)

Pierre DUMONT (1884-1936) : Le port du Havre – huile sur toile signée en bas à droite. Vers 1908 – 50 x 61 cm

Il côtoie d’importants groupes artistiques ; les ateliers de la Ruche à Montparnasse, la famille Duchamp (futur groupe de Puteaux) à Blainville-Crevon, et au Bateau-Lavoir où il s’installe pour plusieurs années.

 Créatif et inspiré, il exécute des toiles singulières et fortes. L’intensité picturale de Pierre Dumont où les teintes noires s’opposent aux couleurs vives, s’accorde remarquablement avec l’architecture puissante des monuments, des ports et des sites industriels. La Normandie et Paris, la capitale des arts de l’époque lui donnent de remarquables motifs.

DUMONT62

Pierre DUMONT Pierre DUMONT (1884 – 1936) : Quai de Paris, Notre Dame – huile sur toile signée en bas à droite. Vers 1908 – 46 x 61 cm

Préfigurant sa période cubiste de 1912, ses compositions ont une structure puissante, anguleuse avec des diagonales prononcées. Avant-gardiste, il brosse ses toiles avec une matière abondante. Le cadrage en plongée, accentué par des perspectives augmentées, apporte dynamisme et modernité.

Jusqu’au 10 septembre 6 toiles de Pierre DUMONT sont présentées à la galerie.




Albert Lebourg


Huile sur toile signée en bas à gauche.
38 x 71 cm

Lebourg

« Au bord de la Seine, entre Saint-Martin de Garenne et Vétheuil. Les deux artistes qui
travaillent dans la prairie, abrités sous leur ombrelle, sont MM. Paul Husson et Paulin »
Léonce Bénédite.

En 1883, Albert Lebourg participe à sa deuxième exposition avec le groupe des impressionnistes.
Il habite Paris, 22 avenue des Gobelins et fasciné par la Seine depuis son enfance, il peint le long
du fleuve en recherchant des paysages ruraux.
Il est accompagné par deux artistes, le peintre Paul Husson et par le sculpteur Paul Paulin qui s’essaie
à la peinture de plein air. Ce dernier est actuellement présenté au Musée des Beaux-arts de Rouen avec
les bustes des impressionnistes.
Cette toile synthétise l’intérêt du peintre pour les ciels, les reflets, le travail en plein air, et sa grande
habileté à utiliser la lumière. La performance de Lebourg est d’avoir su équilibrer sa composition avec
peu d’éléments. Les taches blanches reflétées par les ombrelles déplacent notre regard sur la gauche,
et illuminent une partie sombre du tableau. On se promène ensuite, spontanément sur le ciel et son reflet,
traités en nuances plus ténues de camaïeux de gris et de bleus. En prenant un peu de recul, à quelques
mètres du tableau, les valeurs (intensité lumineuse), si justement retranscrites par le peintre nous donnent
l’impression d’avoir une fenêtre ouverte sur l’extérieur. L’ambiance est sereine, et le temps semble s’étirer
à l’infini.

A. Bertran

Expositions :
Société des Artistes Honfleurais Exposition de 1962.
L’Ecole de Rouen,  Saint-Pierre les Elbeuf
Chateau de la Motte, avril 1999 – Montfort sur Risle
La Seine au Fil des Peintres, de Boudin à Vallotton Festival Normandie Impressionniste 2013

Bibliographie :
Léonce Bénédite p 320 référencé sous le n° 450
La Seine au Fil des Peintres, de Boudin à Vallotton – de Francois Lespinasse  reproduit p25

ps : la peinture pert beaucoup de ses qualités d’après photo. Privilégiez de vous déplacer si vous en avez la possibilité.

 

 




FESTIVAL 2016 Exposition prolongée jusqu’au 24 septembre inclus


Venez découvrir la selection de tableaux proposée par à galerie Bertran du 15 avril au 10 septembre 2016. Quelques oeuvres choisies

Pinchon72




Marcel COUCHAUX Une terre, des animaux et des hommes


 

Marcel COUCHAUX : Les ramasseurs de pommes

Marcel COUCHAUX : Les ramasseurs de pommes

Marcel COUCHAUX
Une terre, des animaux et des hommes

du 25 septembre au 7 novembre 2015

Pour la rentrée 2015 la galerie Bertran rend hommage à un artiste amoureux du monde rural. Une sélection de toiles de Marcel Couchaux est présentée aux côtés de ses amis peintres.

Marcel Couchaux né en 1877 passe sa scolarité à Rouen, étudie le violon et se découvre un vif intérêt pour la peinture.

Il entre à l’école des Beaux-arts et se lie d’amitié avec des jeunes peintres comme Maurice Louvrier et Eugène Tirvert.  Le petit groupe grandit et rejoint l’atelier du peintre Joseph Delattre en 1895 pour étudier la peinture de plein air. L’enseignement y est bien plus libre et moderne, le jeune professeur les encourage à exploiter  leur  singularité.  Marcel Couchaux développe une vision personnelle jusqu’alors  étouffée par l’enseignement trop strict de l’académie des Beaux-arts de Rouen. En 1899, âgé de 22 ans, Marcel Couchaux se marie et reprend avec sa jeune épouse une épicerie à Sommery dans le pays de Bray. Là, il scrute avec passion ce qui sera son futur sujet de peinture, le monde rural.

 

Marcel COUCHAUX

Land, animals and men

from September 25 to November 7, 2015

For September 2015, the gallery Bertran recognizes an artist lover of the rural world. A selection of paintings by Marcel Couchaux is presented alongside his painter friends.

Marcel Couchaux born in 1877 spent his school in Rouen, studied violin and discovered a keen interest in painting.

He entered the School of Fine Arts and became friends with young artists like Maurice Louvrier Tirvert and Eugene Tirvert. The small group grew and joined the studio of the painter Joseph Delattre in 1895 to study the outdoor painting. Education is much more open and modern, the young teacher encourages them to exploit their singularity. Marcel Couchaux develops a personal vision hitherto stifled by too strict teaching of the Academy of Fine Arts in Rouen. In 1899, aged 22, Marcel Couchaux marries and takes with his young wife in a grocery store Sommery the Bray. Here he examines with passion what will be his future on painting the countryside.




Exposition d’hiver 2015-2016


MAÎTRES DU PAYSAGE

Exposition du 11 décembre 2015 au 15 mars 2016

Voir la galerie 

Nommé directeur du Musée de Rouen, l’aventurier Louis Ambroise Garneray, personnage aux multiples talents, décide de créer un salon de peinture avec la municipalité en 1833. Peintre, écrivain, et ancien corsaire français, il organise une exposition annuelle au Musée des Beaux-Arts de Rouen qui regroupe pendant un mois un grand nombre d’artistes normands. C’est un succès immédiat, les visiteurs viennent nombreux et la manifestation est prolongée au Havre où des locaux sont mis à disposition. Les expositions gagnent en envergure, des artistes européens et de toute les régions de France sont invités à participer. Dans le but de « propager le goût des Arts et d’encourager les artistes » Louis Ambroise Garneray crée la Société des Amis des Arts.

Les artistes proposent leurs plus belles œuvres et, pour être remarqués, les grands formats sont privilégiés. Pour affronter le regard du public et se mesurer à leurs semblables, ils dévoilent le meilleur d’eux-mêmes. Des talents se côtoient, une émulation naît, des générations se font face, se heurtent, des nouvelles tendances naissent, l’art progresse.

Les peintres académiques dit « pompiers » laissent progressivement la place, souvent à contre cœur, aux paysagistes. Les artistes romantiques, les réalistes puis les impressionnistes qui essuient pourtant de vives critiques, deviennent incontournables.

Antoine Bertran                         Réf. « Salons de Rouen 1833-1947 » G. Bonin, F. Lespinasse, P. Sanchez

Pour l’exposition d’hiver 2015-2016 : Maîtres du Paysage, la galerie Bertran présente des peintres acteurs de ces grands rassemblements. Quelques pièces hors normes, de qualité et de formats exceptionnels, se côtoient sur nos murs.

 

MASTERS LANDSCAPE

Exhibition from December 11, 2015 to March 16, 2016

See the Gallery

 Appointed Director of the Rouen Museum, the adventurer Louis Ambroise Garneray, character of many talents, decided to create a large Painting Salon with the municipality in 1833. Painter, writer, and former French privateer, he organizes an annual exhibition at the Museum of Fine-Arts of Rouen for a month which includes a large number of Norman artists. It is an immediate success, and many visitors come to the event is extended to the town Le Havre where the premises are available. The exhibitions are gaining scale, and European artists from all regions of France are invited to participate. In order to “spread the taste of Arts and encourage artists’ Louis Ambroise Garneray creates the Society of Friends of Arts.

The artists offer their most fine works for be noticed, large formats are preferred. To confront the public eye and to measure up to their peers, they reveal the best of themselves. Emulation is born, generations face each other, collide, new trends are born, art progresses.

The academic painters gradually left way, unwillingly, to landscapers. Romantic artists, realistic and impressionistic becoming essential.




Exposition Peintres et villégiature


Pierre DUMONT : La Bouille, Rhéa à l'hotel Saint-Pierre

Pierre DUMONT : La Bouille, Rhéa à l’hotel Saint-Pierre

Peintres et villégiature

Pour son exposition d’été la galerie Bertran met le cap sur des sites remarquables. Les villages des bords de Seine ,  la Bouille, Villequier, la Roche Guyon, Les Andelys … et des bords de mer comme Saint-Valéry en Caux, Fécamp, Dieppe … seront présentés avec près de soixante numéros.

Liste des peintres : Eugène BOUDIN, Albert LEBOURG,  Eugène CLARY, Robert Antoine PINCHON, Pierre DUMONT, Maurice LOUVRIER, Joseph DELATTRE, Maximilien LUCE,  Paul Elie GERNEZ, Narcisse GUILBERT, Narcisse HENOCQUE, Paul MASCART, René SAUTIN, Paul SIGNAC, Adrien SEGERS, Georges BRADBERRY, Georges CYR, Léonard BORDES, Eugène TIRVERT …

Oeuvres choisies

Catalogue de l’exposition disponible en galerie et sur le site rubrique boutique.

 

Painters and resorts

For its summer exhibition the gallery Bertran sets course for the remarkable sites. The villages along the Seine, la Bouille, Villequier, La Roche Guyon, Les Andelys … and seashores as Saint-Valéry en Caux, Fecamp, Dieppe … will be presented with nearly sixty numbers.
List of painters: Eugène BOUDIN, Albert LEBOURG Eugene CLARY, Robert Antoine Pinchon, Pierre DUMONT Maurice LOUVRIER Joseph DELATTRE, Maximilien LUCE, Paul Elie GERNEZ, Narcisse GUILBERT, Narcissus HENOCQUE, Paul MASCART, René SAUTIN, Paul SIGNAC, Adrien SEGERS, Georges BRDABERRY, Georges CYR, Leonard BORDES, Eugene TIRVERT …

Selected Works
Catalog of exhibition gallery available on the website under Shop. 




Exposition J. DELATTRE – R. A. PINCHON


Exposition Joseph Delattre - Robert Antoine Pinchon

Exposition Joseph Delattre – Robert Antoine Pinchon

Exposition J. DELATTRE – R. A. PINCHON

La Galerie Bertran rend hommage à deux peintres aux visions très différentes, avec les toiles proches du monochrome de Joseph DELATTRE, et celles aux couleurs éclatantes de Robert Antoine PINCHON

Joseph DELATTRE

Déville-lès-Rouen – 1858 • Petit-couronne – 1912

Enfant, Joseph Delattre est turbulent et possède un fort caractère. Il n’aime guère suivre les enseignements des aînés durant sa scolarité ni à l’École des Beaux-arts de Rouen. En opposition avec les méthodes qu’il juge trop strictes et qui brident les talents, il fonde rue des Charrettes une école de peinture en plein air. Il devient ainsi un personnage clé de l’École de Rouen et attire à lui de nombreux élèves. En apportant de judicieux conseils, il apporte richesse et diversité à toute une génération d’artistes. Bienveillant, il est très apprécié voire vénéré par certains de ses disciples. On l’appelle maître et ses enseignements sont estimés. Il expose à Rouen avec ses amis Charles Frechon, Charles Angrand et Léon Jules Lemaître, farouches défenseurs de l’impressionnisme et du néo-impressionnisme. Sa peinture est remarquée par le peintre Camille Pissarro qui lui rend visite rue des Charrettes, par le collectionneur François Depeaux qui lui achète près de 80 toiles et par le galeriste Durand Ruel avec deux expositions en 1900 et 1902.

Avec une palette chromatique assez restreinte, Joseph Delattre capte avec justesse les différentes atmosphères qui l’entourent. Surnommé le peintre de la Seine, il s’installe au même endroit pour traquer des ses yeux perçants les moindres nuances de lumières et de couleurs. La transition de style entre le XIXe et XXe siècle est parfaitement illustrée par son travail. Une exigeance technique pour une vision débridée et moderne.

Robert Antoine PINCHON

Rouen – 1886 • Rouen – 1943

Artiste précoce, tout semble réussir au jeune Robert Antoine Pinchon. Issu d’un milieu artistique littéraire, il devient l’ami de Pierre Dumont et de Marcel Duchamp au Lycée Corneille. Il expose sa première toile à 14 ans, dans la vitrine de Ch. Dejonghe et Ch. Dumont, marchands de couleurs fines au 47 rue de la République à Rouen. Déjà, il est remarqué et apprécié par le journaliste G. Dubosc. Il rejoint les cours de Philippe Zacharie à l’Ecole des Beaux-Arts de Rouen.

Le talent du jeune artiste et l’appui de ses parents lui permettent de rencontrer et d’obtenir le soutien du collectionneur Francois Depeaux. En 1905, la galerie Legrip accueille le jeune artiste pour sa première exposition personnelle. Il se joint ensuite à la Société des Artistes Normands. François Depeaux lui achète deux toiles, et le met en contact avec une galerie parisienne pour une exposition. Là aussi, il est salué par la critique et séduit également le public. Consécration pour le jeune peintre, il entre dans les collections du Musée des Beaux-Arts de Rouen, grâce à la Donation Depeaux.

Remarquable coloriste, Robert Antoine Pinchon est doué pour harmoniser des teintes. Avant 1910, les toiles sont éclatantes, les couleurs vives et pures sont appliquées avec fougue. Ensuite, des arrangements plus délicats aux nuances rosées font leur apparition. Puissante ou légère, la lumière omniprésente est subtilement traitée. Ses compositions aériennes, aux silhouettes évanescentes sont empreintes de mystère et de poésie.

Antoine Bertran

VOIR LA GALERIE

Exhibition J. DELATTRE – R. A. PINCHON

The Bertran Gallery pays tribute to two artists with very different visions, with almost monochrome paintings of Joseph Delattre, and those brightly colored Robert Antoine Pinchon

Joseph DELATTRE

Déville-lès-Rouen – 1858 • Petit-couronne – 1912

Child, Joseph Delattre is turbulent and has a strong character. He does not like to follow the teachings of elders during his studies neither the School of Fine Arts of Rouen. In contrast with the methods he deems too strict and brident talents, he founded a street carts outdoor painting school. It thus becomes a key figure of the School of Rouen and attracts many students to him. By providing the right advice, he brings wealth and diversity to a whole generation of artists. Benevolent, it is very appreciated even venerated by some of his followers.

His lessons are estimated and his students call him master. He exhibited at Rouen with his friends Charles Frechon, Charles Angrand and Léon Jules Lemaitre, fierce defenders of Impressionism and Neo-Impressionism. His painting is noticed by the painter Camille Pissarro who visited him in his studioin Charette Street, the collector François Depeaux which buys nearly 80 paintings and the gallery Durand Ruel with two exhibitions in 1900 and 1902.

With a fairly limited color palette, Joseph Delattre aptly captures the various atmospheres surrounding him. Nicknamed the painter of the Seine, he settled in one place to track down his sharp eyes every nuance of light and color.The transitional style between the nineteenth and twentieth centuries is perfectly illustrated by his work. Technical exigency for unbridled and modern vision.

Robert Antoine PINCHON

Rouen – 1886 • Rouen – 1943

Precocious artist, everything seems to succeed to the young Robert Antoine Pinchon. Stemming from a literary arts community, he befriends Pierre Dumont and Marcel Duchamp at the Lycée Corneille. He exhibited his first painting at age 14, in the window shop of Ch. Dejonghe and Ch. Dumont, fine color merchants at 47 Rue de la République in Rouen. Already, it is noticed and appreciated by journalist G. Dubosc. He joined Philippe Zacharie courses at the Ecole des Beaux-Arts in Rouen.

The talent of the young artist and the support of his parents allow him to meet and obtain the support of the collector Francois Depeaux. In 1905, the gallery Legrip exhibit the young artist his first solo exhibition. He then joined the Society of Artists Normans. François Depeaux buys two paintings, and put him in contact with a Parisian gallery for an exhibition. Again, it is critical acclaim and also wowed the audience. Consecration to the young painter, he entered the collections of the Museum of Fine Arts in Rouen, thanks to the donation Depeaux.

Remarkable colorist Robert Antoine Pinchon is good at harmonizing hues. Before 1910, the paintings are vibrant, bright and pure colors are applied with enthusiasm. Then, more delicate rosy shades arrangements are emerging. Powerful and lightweight, the omnipresent light is subtly treated. His aerial compositions, the evanescent silhouettes are imprints of mystery and poetry.

Antoine Bertran